Historique du comité officiel et national Miss France, président fondateur Jean Raibaut

Historique du concours Miss France (ce récit est tiré de documents de l’époque)

Tout recommence en 1920, au lendemain de la grande guerre, et à l’aube de cette décennie où l’on veut oublier, se distraire.

Maurice CARTUYVELS dit « DE WALEFFE », né en 1874, va s’y employer.

Ce célèbre journaliste, chroniqueur mondain, fondateur de « PARIS MIDI » et du Mouvement de la presse Latine prend l’initiative d’instituer un référendum de la « La plus belle femme de France ».

Même si déjà sous l’Antiquité, les Grecs célébraient la beauté féminine à travers des présentations évoquant les concours modernes, il faudra attendre cette année 1920 pour voir renaître ce principe en France et aux États-Unis, avec l’élection de « MISS AMERICA ».
Le terme générique « MISS » n’a pas encore traversé l’océan.
Le Succès est énorme : 1700 jeunes filles vinrent s’inscrire.
Après une première sélection de 49 candidates par un jury, elles parurent sept par sept pendant sept semaines sur les écrans de tous les cinémas, où les spectateurs recevaient à l’entrée un bulletin de vote…

Ainsi fut élue , Agnès SOURET, de mère basque et de père breton, « Plus belle Femme de France »
Sa simplicité avait touché Maurice DE WALEFFE, quand elle lui envoya une photo pâlie datant de sa première communion, accompagnée de ce texte :
« Je n’ai que 17 ans dites-moi si je dois traverser toute la France pour courir ma chance ? »
Elle ne se doutait pas qu’elle obtiendrait ce Titre avec une majorité foudroyante de 198 000 voix.
Du jour au lendemain, le nom d’Agnès SOURET fit le tour du monde. Elle connut un destin tragique, et disparut peu de temps après son règne, emportée par une crise d’appendicite.

La première élection sous le titre de « Miss France » couronne  Roberte Cusey en 1927. Lui succédèrent Raymonde Allain (1928), Germaine Laborde (1929).
La plus célèbre MISS de l’ère De WALEFFE fut la fille d’un traminot sétois et d’une couturière lyonnaise, Yvette LABROUSSE, qui devint MISS FRANCE 1930. C’est à ce jour la plus célèbre de toutes puisqu’elle connut un destin prestigieux en devenant la princesse BEGUM AGA KHAN III.

En 1936 Maurice DE WALEFFE et son associé, Jean BARONE, organisent l’élection de MISS EUROPE à Tunis.

En 1937 enfin, c’est l’exposition universelle et là encore Maurice De WALEFFE, crée l’événement en invitant les beautés métisses de notre empire colonial :MISS GUADELOUPE, MISS ANHAM, MISS SENEGAL, MISS TONKIN,MISS TUNISIE,MISS CAMBODGE.
Mais elles ne reçurent pas un accueil chaleureux de tous les ministres.
Néanmoins, le Président LEBRUN les invita à goûter à l’ Elysée !
Leur présentation sur l’Ile des Cygnes eut en revanche un immense succès.
On dut refuser 20.000 entrées à 20 francs !

Maurice De WALEFFE décède le 29 mars 1946.

Le groupement de la Presse Artistique et le « Parisien Libéré », sous l’égide de « L’International committee for Miss Univers Competition- French Section » organisent l’élection du 22 décembre 1947 et couronne Yvonne Viseux au titre de première Miss France  d’ après guerre.
Yvonne Viseux abdique en février 1948. C’est donc Jacqueline Donny, Miss Paris B,  qui représente la France en mai 1948 au concours de Miss Europe où elle remporte la couronne.
C’est à la suite de cette élection, qu’il fut accordé à  « Miss France d’Outre-Mer », Mlle Marcelle Roussel, danseuse étoile à l’opéra d’Alger, de changer son titre en celui de « Miss France » tout court. Jacqueline Donny, ex Miss Paris n’ayant jamais remporté ce titre.
Jean Barone, organisateur de tous les plus grands concours de beauté en Afrique française, acteur du renouveau du concours Miss France, se voit ainsi récompensé au sein du groupement de la Presse Arstistique.

En 1949, Jean Barone rencontre Jean Raibaut au Maroc.Ils s’associent en 1950.
L’artiste Jean Raibaut, natif de Marseille, déterminé à mettre sa vie au service de la jeunesse, de la beauté, de l’ art et du spectacle, multiplie l’ organisation de concours de beauté qui selon le Pays, la région et la nature de l’ événement, couronne des « Miss », des  « Reines » ou des « Fées ».

En France jusqu’à cette date toutes les organisations de concours de beauté sont plus ou moins informelles.

C’est par la création d’associations Loi 1901 qui voient  le jour : « Club Charly’s » (18 janvier 1950) fondé par Jean Raibaut  et le « Comité Miss France (15 octobre 1954) fondé par Guy Lévy dit « Rinaldo » que chacun fera naître son propre palmarès.
Avant de disparaître en 2006, Jean Raibaut, Président-fondateur du « Charly’s Club »  dit aussi « le Comité de Marseille », est invité au Sénat et reçoit la médaille d’ Or, du Mérite et Dévouement français, pour s’ être consacré, 56 ans durant, à la défense, de la Jeunesse, de la Beauté, de l’ Art et du Spectacle.

Sa fille Véronique,  devient Présidente de l’association.